2024-3-Newsletter-VisuelLogo5 (1)

ADDITIFS ALIMENTAIRES, NON MERCI !

Chez Färm, nous défendons une alimentation de qualité en termes de goût, mais aussi (et surtout) de santé. E471, E407, E102… dans nos rayons, pas de place pour les additifs aux noms d’autoroutes !
 
Une nourriture pleine de saveurs et conservée naturellement, c’est possible et Thècle Dubuis, cheffe de cuisine et consultante en alimentation durable, nous explique comment.
 

Peut-être l’avez-vous lu dans la presse récemment, les additifs peuvent se révéler très nocifs….

« En Europe et en Amérique du Nord, 30 à 60 % de l’apport énergétique alimentaire des adultes provient d’aliments ultra-transformés. De plus en plus d’études épidémiologiques suggèrent un lien entre une consommation élevée d’aliments ultra-transformés et un risque accru d’obésité, de maladies cardiométaboliques et de certains cancers », a annoncé il y a quelques jours une étude de l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) en France. Face à ces constats, quelles solutions ? Comment manger autrement ? Pour y voir plus clair, Färm a demandé conseil à Thècle Dubuis, spécialiste de l’alimentation durable de qualité.

Les méthodes de conservation traditionnelles

Comment conserve-t-on les produits sans passer par des procédés douteux et parfois toxiques ? «En alimentation bio, pour conserver les aliments, ce sont les méthodes de conservation naturelles qui sont privilégiées. À l’instar du salage, du fumage, des saumures, c’est-à-dire une solution acide souvent à base de vinaigre » introduit Thècle Dubuis. Chaque technique comporte ses secrets et ses vertus. «Prenons le fumage, il consiste à exposer les aliments à de la fumée froide pour les fumer sans les cuire. Ça permet de tuer tous les micro-organismes qui sont à l’extérieur de l’aliment pour former une protection externe. Le temps de fumage dépend évidemment des ingrédients. » C’est en fait ce processus de couche de protection à la surface pour éviter la prolifération de micro-organismes qui se retrouve dans la plupart des autres méthodes. « Par exemple, lorsqu’on confit un aliment, on l’immerge dans de la matière grasse ou du sucre. Pour le salage, on couvre les aliments de sel. »  L’experte pointe également la déshydratation, méthode utilisée depuis la nuit des temps. « Elle consiste à extraire l’eau à l’intérieur des aliments pour empêcher encore une fois le développement de micro-organismes. 

Des plats préparés oui, mais bien conservés !

On le sait, les additifs proviennent surtout des aliments transformés, voire ultra-transformés. Qu’en est-il dans l’alimentation bio ? « Les plats préparés sont conservés sous vide et c’est cette fois l’extraction de l’air qui évite toute prolifération des micro-organismes. Il y a également l’utilisation de bocaux stérilisés. Aussi certains produits peuvent être congelés ou surgelés : le froid va en effet bloquer la profusion de bactéries » souligne Thècle Dubuis. Bon à savoir, selon la pro du durable, la congélation n’entrave pas les qualités organoleptiques (goût, odeur, saveur) et nutritives et n’entraine pas de perte nutritionnelle.

Attention, le label bio européen ne garantit pas l’exclusion des additifs. Si l’alimentation conventionnelle en tolère plus de 300, moins de 50 additifs sont autorisés par le label bio européen et la grande majorité de ces derniers sont d’origine naturelle.

Au-delà des campagnes marketing

Le secret d’une alimentation sans additif, c’est aussi le choix des produits !

De manière générale, par exemple pour les biscuits ou tout autre de type de préparations de produits transformés, dans l’alimentation bio, les recettes sont plus simples qu’en conventionnel. Comme les ingrédients sélectionnés sont de meilleures qualités et qu’ils ont plus de goûts, il n’y a pas besoin d’exhausteurs ou d’additifs. On le comprend tant au niveau des aliments que des méthodes de conservation la nature fait bien les choses….

Mais alors pourquoi la grande distribution use et abuse des additifs de synthèse ? «L’utilisation des additifs, c’est surtout une question de marketing. L’industrie fait en sorte que la nourriture soit ‘belle et attirante’» soupire Thècle Dubuis. En effet, comme l’indique le site Ecoconso « les additifs permettent de fabriquer en grande quantité des aliments standardisés qui resteront bons à consommer et agréables à voir ou à sentir pendant un certain temps. »

Du jambon rose bonbon

Vous l’aurez compris, une pizza surgelée qui semble tout droit sortie de chez le pizzaiolo, c’est sans doute qu’il y a un souci ; ce sont les additifs qui permettent de rendre la texture des aliments plus agréable et plus colorée. Prenons un autre exemple : le jambon industriel. C’est l’ajout de nitrites et nitrates qui lui donne sa couleur rose. Sans ces additifs, le jambon cuit n’est pas rose, mais souvent gris. À savoir, en bio ces substances sont autorisées, mais à des doses très réduites. Cependant, certains charcutiers innovent pour proposer du jambon 100% sans nitrite et nitrate en utilisant notamment un ingrédient secret : le céleri. « Le marketing de l’agro-industrie modifie notre imaginaire collectif au détriment de notre santé. L’alimentation bio, elle, se concentre sur l’authenticité du produit. C’est essentiel de comprendre les processus de conservation pour avoir conscience de ce qu’on mange » conclut Thècle Dubuis.

Soutenons nos producteurs engagés

Après la théorie, place à la pratique. Concentrons-nous sur 4 marques au top 100% sans additifs.

Tous les mois, nous choisissons plusieurs producteurs engagés afin de les mettre à l’honneur.

Ce mois-ci, découvrez Bebene, Buddy, Favrichon et Bisson

BEBENE, des biscuits gourmands

Cette gamme de biscuits et de gaufres comprend une dizaine de recettes artisanales à base d’ingrédients frais & bio.

Le secret ? La même composition depuis 20 ans : de la farine de blé, du beurre, des œufs belges, du sucre de canne et du sel.

Des produits de qualité et une belle dose d’amour pour les cuisiner, c’est ça la clé.

Une super marque belge totalement transparente et familiale.

BUDDY, la boisson énergisante naturelle.

On oublie la taurine, la caféine de synthèse, les édulcorants…

Les boissons belges Buddy tirent leur force de super-aliments certifiés bio et soigneusement sélectionnés pour leurs bienfaits avérés sur la santé.

Une concentration optimale grâce au Ginkgo Biloba et pour une belle énergie par les bienfaits du Guarana.

BISSON, des biscuits mmmmm

Depuis 1902, Bisson prône la gourmandise et le savoir-faire avec ses biscuits bio délicieux et respectueux de l’environnement.

Les recettes sont à base de farine 100% épeautre et donc sont pleine de fibres.

Aussi, Bisson s’engage à produire des biscuits aux ingrédients équitables tels que le sucre de canne roux ou le cacao.

FAVRICHON, des bonnes céréales pour démarrer la journée

Favrichon valorise le travail de la terre en participant activement à la vie agricole locale et française.

Grâce leurs céréales complètes qui se révèlent une source naturelle de fibres, de magnésium et de phosphore, vous faites le choix d’un petit déjeuner nutritionnellement adapté pour les petit·es comme les grand·es.

N’oubliez pas que derrière chaque produit se cache une histoire humaine et écologique.

Partagez l'info